Joseph Granié (Toulouse 1866 - 1915 Paris)

Visage énigmatique

Graphite et crayons de couleurs ou rehauts de gouache sur papier

18,5 x 13,5 cm

Signé en bas à gauche : Granié

Originaire de Toulouse, Joseph Granié entame sa formation auprès du peintre Jules Garipuy, avant de se rendre à Paris dans l’atelier de Jean Léon Gérôme. Dès cette période, il montre une prédilection pour les portraits ; le choix d’un autoportrait pour son premier envoi au Salon en 1879 n’est pas anodin. Des figures, en majorité féminines, souvent ambiguës et représentées dans un style très personnel, constituent la plus grande partie de sa production. Il est parfois rapproché du mouvement symboliste cependant, son goût pour un dessin épuré sur des fonds monochromes marque son attirance pour certains maîtres de la Renaissance allemande ou italienne comme l’illustre notre œuvre.

 

Les lignes extrêmement fines produisent un effet proche de celui des dessins à la pointe d’argent. Joseph Granié s’est essayé à l’enluminure, mais il faut plutôt voir ici la recherche d’une esthétique Léonardesque. Tout semble d’ailleurs conduire vers cet artiste. La figure aux cheveux longs et au sourire énigmatique n’est pas sans évoquer la Joconde, tout comme le caractère androgyne du modèle rappelle le Saint Jean-Baptiste également au Musée du Louvre.

Peut-être comme les Préraphaélites anglais, Granié cherche-t-il à retrouver une forme de pureté artistique, mais il y adjoint toujours une dimension troublante, voir mystérieuse qui font tout le raffinement de son art.

Prix sur demande

Pour toute demande d'information complémentaire,

n'hésitez pas à nous contacter