Glaize.jpeg

Auguste-Barthélemy Glaize (Montpellier 1807 – Paris 1893)

Autoportrait en oriental

Avec l'étude préparatoire

Huile sur toile

56 x 46 cm

Monogrammé en bas à gauche : AG

Après avoir suivi sa première formation chez les frères Achille et Eugène Devéria, Glaize débute sa carrière au Salon de 1836 à Paris. Actif et reconnu comme peintre religieux et historique, nous retrouvons ses œuvres dans de nombreuses églises en France, dont les églises parisiennes de Saint Sulpice, de Notre Dame de Bercy, de Saint Gervais ou encore de Saint Eustache.

 

D’une veine moins officielle, l’autoportrait que nous présentons peut être rapproché du dessin conservé à l’Art Institute de Chicago. Les traits du modèle, très semblables dans les deux œuvres, laissent supposer une date d’exécution rapprochée, autour de 1830. Cependant leur esprit est assez différent.

 

Le dessin montre l’artiste sur le vif, en costume contemporain le regard orienté vers le spectateur. Dans le tableau, Glaize se met en scène de manière théâtrale. A ses traits naturels, et à sa chevelure ample et bouclée, il lui suffit d’ajouter un large collier et une tenue orientale pour nous apparaître en maure tel un moderne Othello.

Son regard cette fois ne nous est pas destiné. Nous sommes les témoins d’une scène dont il est acteur. Si l’on adjoint à cette autre façon de se représenter, le choix de couleurs fortes et vibrantes à la Delacroix, ou encore ce qui est peut-être une évocation de sources littéraires dans un univers marqué par l’orient, il semble que l’on puisse considérer cet autoportrait comme une oeuvre archétypale du romantisme. L’artiste au-delà de son apparence se dévoile en chantre de la modernité.

Prix sur demande

Pour toute demande d'information complémentaire,

n'hésitez pas à nous contacter