IMG_3638.jpg

Jules Elie Delaunay (1828 - 1891)

Esquisse pour Persée délivrant Andromède

Huile sur toile

Signé et annoté en bas à droite: Elie Delaunay, Persée délivre Andromède

98 x 65 cm

Originaire de Nantes, Delaunay arrive à Paris en 1846. Il est présenté à Hippolyte Flandrin qui le prend sous sa protection. Deux ans plus tard, il entre à l'école des Beaux-Arts, et obtient le prix de Rome en 1856.

De retour en France, sa carrière est ponctuée de commandes pour d'importants décors parmi lesquels on peut citer ceux réalisés pour l'Opéra, le Panthéon ou encore l'Hôtel de Ville. Il est nommé professeur à l'école de Beaux-Arts, puis membre de l'Institut. Peintre d'histoire, portraitiste, paysagiste, il s'essaie à tous les genres.

 

Le sujet de notre tableau est tiré de la mythologie grecque. Muni d'un glaive et d'un bouclier sur lequel est fixée encore ensanglantée la tête de Méduse, Persée pour délivrer Andromède vient de porter un coup au monstre marin. A l'arrière plan on devine Pégase, le cheval ailé.

Même si la torsion du héros évoque sans nul doute la figure centrale de « la Peste à Rome »(1) cette esquisse, d'une incroyable liberté, a peu d'équivalents dans l'oeuvre de Delaunay. La plus proche, peut-être , est une gouache de même sujet conservée au musée de Nantes (2). Persée y est représenté quelques instants plus tôt, chevauchant encore. On y retrouve les mêmes traits rapides qui donnent ce sentiment de grande modernité. Ils évoquent l'influence de deux proches de l'artiste : Pierre Puvis de Chavannes, et Gustave Moreau.

1. Jules Elie Delaunay, La peste à Rome, 1869, huile sur toile, Musée d'Orsay

2. Inventaire n°6572

Pour toute demande d'information complémentaire,

n'hésitez pas à nous contacter