gericault_1.jpg

Théodore Géricault (Bologne 1791 - 1824)

Etude de cheval de profil tourné vers la gauche

Crayon noir

12,8 x 18,1 cm

Ancienne collection : LJ.A . Coutan-Hauguet (Lugt 464) et N. Dikheos (L.non cité)

Le nom de Théodore Géricault fait parti des grands de la peinture romantique. Dès son jeune âge il s’intéressa au dessin et au monde équin. Elève de Guérin (lui-même élève de David), il acquit une technique et de bonnes bases et se lança dans la reproduction des œuvres des plus grands tels que Rubens ou Vélasquez. Malgré un accueil plutôt froid dans les salons, il remporta une médaille d’or en 1812, prit part à celui de 1814 et exposa le Radeau de la Méduse en 1819, tableau pour lequel Delacroix posa pour un des naufragés. Sa mort prématurée l’empêcha d’aller au bout de son œuvre romantique et d’être reconnu à sa juste valeur par les artistes et le public de son époque. Il faudra attendre les années 1991-1992 pour qu’une exposition sur l’ensemble de son œuvre soit organisée au Grand Palais à Paris(1).

 

Cette étude de grande qualité réalisée par Théodore Géricault représente un cheval de profil tourné vers la gauche.

 

Différents éléments nous permettent de rapprocher cette oeuvre d’une aquarelle de l’artiste conservée au musée du Louvre (Cheval attaché dans une écurie, RF 1459). Un élément dans l’histoire de l’œuvre tout d’abord : la provenance identique, les deux ayant appartenu à la collection Coutan-Hauguet. Le parallèle est également stylistique. Le traitement de la lumière sur le corps du cheval, très subtilement indiqué par les hachures de différents tons sur le dessin, ressemble étroitement au jeu de lumière présent sur le corps du cheval de l’aquarelle du Louvre. Ces similitudes confirment la probable relation entre les deux œuvres.

 

On reconnaît ici le coup de crayon caractéristique de Géricault : un dessin analytique et précis de l’anatomie de l’animal tout comme ces longues hachures parallèles indiquant le jeu de lumière. Le style de ce dessin nous permet de dater cette feuille vers 1821 – 1823.

1. E.BENEZIT, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, n°6, Ed. Gründ, Evreux, 1999, p.40

Pour toute demande d'information complémentaire,

n'hésitez pas à nous contacter